L’héritage du Président Biya saccagé (2)!

La politique a pour fin, non pas la connaissance, mais l’action.

Aristote

Au petit  jeu de l’incohérence,  le paradoxe camerounais  flirte avec l’incompétence.  Un pays truffé de talents bruts, de matières grises et d’or noir seulement toujours en proie aux déchirures et manipulations en tout genre.

Pourtant la profession de foi du père de la nation,  laissait entrevoir il y a une  grosse trentaine d’années,  une sortie du sous-développement  par le haut.

L’ouvrage  » Le libéralisme communautaire  » était  écrit tel un discours de politique générale.

Son contenu  totalement révolutionnaire  par le  modèle économique proposé  laissait augurer  des lendemains meilleurs  pour un pays soucieux du bien-être de sa population.

La politique  effectivement menée  n’a pas été,  le  moins que l’on puisse dire à la hauteur des espérances suscitées par le chef-d’œuvre  du tout nouveau président d’alors.

Le  programme santé  pour tous en l’an 2000, s’est avéré un vain slogan. La redistribution équitable des richesses a piétiné et peine à se manifester.

L’éducation nationale n’est plus  une priorité au même titre que l’agriculture si on se  réfère aux budgets alloués.

Certains historiens arguent que Le Président Biya n’est ni l’auteur ni le concepteur du projet politique qui sous-tend le Libéralisme Communautaire. Le communautarisme africain qui est le fondement même de la pensée khamit lui est édicté par la philosophie du panafricanisme. L’objectif premier étant de garantir un minimum vital à tous et à chacun sans s’opposer aux acquisitions de l’agréable et même du superflu par d’autres personnes qui par leurs talents et mérites, et non sur le dos du peuple, accèderaient à un plus grand enrichissement. Sengat Kuoh, Borgias Evrmbè, Mono Ndjana aurient ainsi travaillé à cet ouvrage en s’inspirant des idées des révolutionnaires africains Un Nyobè, Nkrumah et autres.

Il n’empêche cependant que le mérite de l’édition revient de fait au Président Biya et, à  fortiori,  les droits d’auteur. Dans le  contexte camerounais,  il se voulait novateur  sur  le  plan  des efforts et des récompenses.  Son illustre prédécesseur  procédait  aux redistributions par zone de nécessité et parlait surtout  de  développement auto- centré. Concept rapidement écarté au profit du  libéralisme communautaire.

Le  déterminant identitaire n’est pas le delta  patriotique.  Simplement le  socle de la vie qui est la cellule familiale,  souffre depuis très longtemps maintenant d’un phénomène de dislocation.  Ce phénomène trouve ses origines dans l’inégalité des revenus et de traitement. Une société équilibrée suppose des familles équilibrées, des communautés équilibrées  et un vivre ensemble inter communautaire apaisée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :